YK4.png

« EPIPHYTE » LE PREMIER CLIP DU LABEL CYTOCHROME 

INTERVIEW DE DIANE 

4 juin 2020 | écrit par l'équipe de la rédaction

À l’occasion de son various Nexus, le label Cytochrome a sorti début juin son premier clip, « Epiphyte ». Il nous emmène dans un monde onirique, à la croisée des univers. Le morceau, Capsule Rain, a été produit par Seïnart. Nous avons rencontré Diane, fondatrice du label, directrice artistique et scénariste du clip.

Connue sur la scène techno lyonnaise, Diane, aka D14n3, continue à diffuser sa vision intime et contrastée de la musique. Des résidences au Terminal aux Nuits Sonores, et dernièrement lors de la Boiler Room au Sucre en première partie de Konx-Om-Pax, Evil Grimace et [KRTM], le palmarès local de la jeune DJ lyonnaise s’enrichit au fil de ses recherches. 

Diane fait de la musique électronique depuis environ sept ans. « Cette année, j’ai créé mon label, Cytochrome. Avant, c’était une organisation de soirées événementielles. J’avais une résidence au Terminal et j’invitais des artistes de mon choix. Nous organisions également des soirées au Diskret et au Ninkasi, plutôt orientées Techno. »

Par définition, le cytochrome est une molécule responsable de la vie et de la mort cellulaire. «Il y a cette même idée de cycle, dans la techno », décrit l’artiste. 

Le label est défini par un style hybride, tonique et envoûtant, orienté vers la techno et la trance. Le 13 mars 2020, lors de la première semaine de confinement est sorti le Various Nexus. L’un des morceaux, Capsule Rain, produit par Seinart, est choisi par D14n3 pour ce premier clip. « Le terme 'Nexus' se définit par une connexion où de multiples éléments se rencontrent, c’était très emblématique pour mon projet », précise l’artiste lyonnaise.

 

« Croiser les zones artistiques »

« Je trouve intéressant de croiser différentes zones artistiques. La danse, la musique, la peinture, la vidéo. » C’est lors de sa participation au clip « Paris 1985 » – composé par Le Comte de Bregeot et réalisé par Abrupt Prod que tout se concrétise : « Je voulais réaliser mon propre clip ». 

« D’ailleurs, c’est vrai que quand on est DJ, on fait beaucoup la fête. La fête, c’est une performance artistique, une œuvre éphémère, un mode de vie que j’ai expérimenté ». Alors après la production et le mix, Diane a eu envie de se tourner vers ces autres formes d'expression, que l’on retrouve dans « Epiphyte ».

Le synopsis d’Epiphyte 

Un Épiphyte est une plante vivant sur d’autres végétaux. Il ne s’ancre pas dans la terre et survit grâce à la luminosité et une hygrométrie suffisante. « Ce végétal a un côté étrange. J'ai choisi ce titre pour mettre en avant le côté singulier et intrigant de chaque élément de notre planète. » D’où les différences de style et de maquillage entre les figurants. Chacun avait ses propres particularités.

L’histoire du clip est celle d’une âme qui cherche son corps. « C’est un peu une métaphore pour montrer les prémices de quelque chose qui apparaît. Les personnages qu'on voit dans le clip représentent davantage des entités que des êtres réels. » Ce sont des âmes en devenir, qui évolueront certainement dans les prochains clips.

 

Un univers intime aux personnages hétérogènes 

Chaque figurant a été choisi par Diane. « Chacun a sa particularité et son charisme. C’est ce que je voulais représenter dans le clip; des corps divers, animés par des âmes uniques. L’âme peut aussi se glisser dans la végétation, les objets, les pierres, la nature qui nous entoure. J'ai aussi voulu faire un parallèle avec le milieu de la fête, un milieu souvent contrasté et cosmopolite. »

Le tournage a été réalisé aux Halles du Faubourg, un lieu alternatif dans le 7e arrondissement de Lyon. « Je remercie Pierre Paumier, le programmateur, de nous avoir prêté les lieux. J’aime cet endroit, il est à la fois industriel et reposant, avec son jardin : on dirait une oasis urbaine. »

À l’esthétisme de la vidéo, s'ajoutent les codes de la culture techno et des inspirations rock des années 80 inspiré du  style de Siouxsie and the Banschees. Le clip vidéo a été réalisé et monté par Robin SoulisseCharly Correia et Noe Girr étaient à la caméra, Paolo Morvand aux lumières. Quatres maquilleurs professionnels, des passionnés auxquels Diane a laissé une large marge de créativité, ont mis en forme cet univers : @freepau @loris @hominime @loiseau. « Ils ont fait un travail magnifique ! Et les figurants se sont vraiment pris au jeu et ont su retranscrire à merveille l'univers que j’imaginais.» Le clip a été autofinancé. « C'est beaucoup d’investissement personnel et ça a été avant tout une très belle expérience humaine », sourit Diane.

Sur le tournage, réalisé en fin de journée, de la fumée s’échappe du jardin des Halles du Faubourg. La scène dévoile un univers ténébreux, profond et nébuleux. À la croisée des univers se mélangent des corps hybrides. « Ce clip représente aussi le secret et le mystère », conclu Diane. « On est tous à la quête de notre identité et c’est donc toujours un éternel mystère pour nous-mêmes. »

 

Vous pouvez découvrir l'artiste sur 

Soundcloud

Instagram

Facebook

mentions légales | yoshka.lyon@gmail.com 

  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc SoundCloud Icône

mentions légales | yoshka.lyon@gmail.com 

  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc SoundCloud Icône