bizarre
YK4.png

Bizarre! : l'école des cultures urbaines à Vénissieux 

13 novembre 2020 | écrit par Lola Mison & Siloé Ordonez

Depuis quelques années, une structure culturelle fait rayonner le hip-hop dans l’agglomération. Nous avons fait la rencontre d’Amandine, chargée des relations avec le public et Grégoire, coordinateur et programmateur de Bizarre ! à Vénissieux. L’occasion d’en savoir plus sur ce lieu, au-delà de l’organisation des concerts et de les interroger sur leur façon de rebondir face aux conséquences de la pandémie du Covid-19. 

crédits photos : Juliette Valero 

Bizarre ! fait partie de La Machinerie, qui administre conjointement le lieu et le Théâtre de Vénissieux. Ce lieu crée de la rencontre, en accueillant public, artistes et amateurs, lors de concerts, d'ateliers, de résidences, ou bien de stages. Il est composé d’une salle de concerts d’une capacité de 390 places, d’un plateau de création pour la danse, de trois studios de répétition, d’une cabine d’enregistrement et d’une salle multimédia. Ainsi, la mission de Bizarre ! s’articule autour d’accueils en résidence, d’actions culturelles, d’éducation artistique et culturelle, d’accompagnement en répétition et de diffusion de concerts. 

 

Il y a dix ans, Bizarre ! était une association et se concentrait déjà autour de l’accompagnement artistique urbain, un choix totalement assumé par les élus : « L’association était déjà lancée autour des cultures urbaines. C’était une association qui n’avait pas de lieu propre. C’était uniquement de l'accompagnement de jeunes rappeurs et autour d’actions culturelles. Ensuite, il y a eu une volonté politique de rapprocher l’association à une salle de concerts. C’est à partir de ce changement de format juridique qu’est arrivé le rapprochement avec Vénissieux et donc la création de La Machinerie, il y a dix ans. C'était une association qui avait déjà quelques formes de subventions et qui se penchait vraiment sur le hip-hop. Ce n’était pas si courant que ça finalement. Toutes les villes se sont, par la suite, approprié ce mouvement », nous confient Amandine et Grégoire.

Selon Grégoire, Bizarre ! se positionne comme une pépinière de découverte de talents : « Nous nous basons vraiment sur l’idée de la recherche et de la découverte des artistes. Notre rôle, c’est d’être prescripteurs de talents rap et de les accompagner. Certaines salles avec une plus grande force de communication, comme le Ninkasi, le Transbordeur ou des promoteurs comme Totaal Rez, récupèrent ces artistes et parviennent à remplir leurs salles. »

La culture rap enfin subventionnée 

Côté financements, la structure nage entre deux eaux. En effet, Bizarre ! bénéficie de subventions provenant des collectivités territoriales, mais engendre également des recettes grâce à sa diffusion de concerts. Cela fait de Bizarre ! une structure institutionnelle, mais aussi indépendante. 

 

Chaque année, La Machinerie reçoit des subventions des collectivités qui seront réparties entre l’ensemble des activités et du fonctionnement du Théâtre de Vénissieux et de Bizarre ! L’accompagnement artistique coûte de l’argent plus qu’il n’en rapporte mais reste primordiale pour construire les artistes de demain. 

 

Bizarre ! est un lieu hybride, la structure est issue d’une mouvance institutionnelle et mais conserve ses origines de la culture rap underground. Arrive alors les questions de liberté de proposition artistique, de diffusion de messages, étant donné que la structure n’est pas indépendante et est donc redevable aux collectivités. 

Bizarre !, implanté dans le territoire Vénissian

Historiquement, l’implantation géographique de Bizarre ! possède un lien avec la culture hip-hop, à travers le Plateau des Minguettes. Si on le rapproche à la danse, il s’agit de l’un des lieux majeurs de l’émergence de la culture hip-hop en France. Les cultures urbaines étant très populaires aujourd’hui, Bizarre ! a donc une place centrale dans les rencontres entre les publics ; qu’ils viennent des quartiers de Vénissieux ou de l’ultra-centre Lyonnais, qu’ils soient issus de tous les milieux sociaux sans exception.

 

Bizarre ! repose sur une connexion entre le public vénissian avec les activités que la salle propose et le public lyonnais. À l’heure actuelle, le public est majoritairement lyonnais, mais la salle essaie de multiplier ses actions, et d’orienter sa programmation afin de toucher au maximum les jeunes de Vénissieux.

 

L’enjeu de parler aux vénissians est prioritaire. Pour autant, il est impossible pour Bizarre ! de se passer de Lyon, car c’est une ville qu’ils aiment et dont ils ont besoin pour exister. 

 

Selon Grégoire, il faut aller chercher cette mixité sociale : « Je pense que les lyonnais ne connaissent pas véritablement le plateau des Minguettes. Certains n’y ont jamais mis les pieds peut-être à cause de la connotation 'banlieue'. Il y a évidemment un travail à fournir pour créer toujours plus de lien social dans les quartiers et éviter un certain rejet d’actions très institutionnelles. Cela passera par les actions qu’on mène, aller vers une programmation innovante et actuelle, des discussions, des portes ouvertes et des mains tendues », conclue-t-il.

L'école des cultures urbaines

Comme nous l’indiquent Amandine et Grégoire, Bizarre ! va bien au-delà de l’organisation et la programmation d’événements. Dans les coulisses de leurs concerts, différents ateliers et accompagnements sont mis en place pour accompagner les jeunes artistes dans la construction de leur univers artistique, pour les niveaux débutants, amateurs ou professionnels.

 

La programmation, c’est la vitrine de Bizarre !, parce qu’elle fédère la jeunesse, qu’elle soit vénissiane ou lyonnaise. Ainsi, 80% des activités sont ancrées sur le territoire en proposant de la médiation culturelle et concernent plusieurs dispositifs d’accompagnement.


Pour les débutant(e)s et initié(e)s, Bizarre ! propose des ateliers de rencontres afin d’explorer les cultures urbaines et échanger avec les artistes. Ces ateliers de pratique sont en lien avec la programmation et les esthétiques proposées par Bizarre ! et sont menés par des artistes et intervenants qualifiés. Ils permettent la découverte d’une discipline artistique, d’un travail, d’une compagnie, ou un approfondissement de connaissances. L’enjeu est de développer la curiosité de chacun et permettre à tous de s’initier à la culture Hip-Hop, sous n’importe quel angle : rap, rnb & soul, beatbox, graff, ou bien danse.

De plus, Bizarre ! met en place de multiples projets auprès de différents publics sur le territoire vénissian, autour de quatre axes : le street art, la danse, le multimédia, et la musique. En accompagnant les amateurs vers la découverte et la création, Bizarre ! défend l’expression artistique auprès des établissements scolaires de Vénissieux, les structures d’accueil et d’accompagnement des jeunes, ainsi que les équipements culturels de la ville. 

 

Ce soutien auprès des jeunes se manifeste également à travers un dispositif d’accompagnement des artistes amateurs, La Relève. Le but est de les épauler dans le développement de leurs projets et leur pratique artistique à travers un accès aux locaux de répétition et aux ateliers de mise en pratique. Tout cela pour consolider le développement de leur projet artistique et leur proposer une production sur scène dans des conditions professionnelles. Ce dispositif est réparti par cycles de trois mois et reste particulièrement demandé par les jeunes artistes. 

 

Pour les artistes professionnels, Bizarre ! met en place des résidences, afin de soutenir la scène montante et locale. L’accompagnement est sur mesure, et concerne la danse et la musique.

Par ailleurs, Bizarre ! propose un dispositif d’accompagnement artistique pour les émergents, nommé Le Plan B, ayant pour vocation d’être un incubateur pour quelques formations en émergence. Sur une année, l’artiste est encadré autour de workshop sur l’intermittence, l’entourage et la communication. Plusieurs moyens sont mis à disposition afin de travailler en studio, de suivre des coachings scéniques, en plus d’une mise en réseau avec d’autres acteurs du milieu, ou d’autres salles partout en France. Cet accompagnement à la professionnalisation se répartit de septembre à juin. Tejdeen, Cyrious, Erveibei, L’Officier Zen, Paps et Ari Green suivent d’ailleurs Le Plan B. 

 

Pour finir, le Buzz Booster est un tremplin national de détection et de diffusion des musiques hip-hop. Il s’adresse aux artistes qui souhaitent bénéficier d’un accompagnement artistique afin de booster leurs projets. Pour suivre ce dispositif, il faut candidater, puis participer à la finale régionale et enfin nationale, où le gagnant est alors désigné. La récompense promet un accompagnement global de l’artiste, une tournée dans les festivals et lieux de diffusion des membres du Buzz Booster, une bourse de 5000e pour l’accompagnement artistique et professionnel, ainsi qu’une couverture médiatique. 

crédits photos : juliette targhetta

La scène rap lyonnaise

Lorsque l’on évoque la scène lyonnaise, les deux collaborateurs la décrivent comme « bouillonnante, avec une vraie effervescence, du choix et de la diversité ». Pour eux, c’est le début de quelque chose, car l’enthousiasme de ces jeunes est plus fort que tout. Pour ça, il faut aussi jouer le jeu de la rencontre : dans l’écriture, l’interprétation, le beatmaking, toutes ces disciplines où plus d’échanges il y a, plus de créativité en ressort. 

Un lieu d’accompagnement comme Bizarre ! ne peut qu’améliorer l’industrie de la culture urbaine locale actuelle. Comme nous l’avons analysé lors de notre conférence « VANDALE », le gros point faible de cette ville réside dans le manque de structures encadrantes des artistes. Il y a peu de labels, de médias, de tourneurs, de managers, de boîtes de production. La mission de Bizarre ! au sein de cette longue et fastidieuse quête de mettre Lyon sur la carte est importante et encore mieux, concluante ! Grâce à eux, des artistes amateurs sont devenus professionnels, et ont fait de leur passion un travail. 

Réinventer les concerts en temps de COVID 

L’année 2020 est un véritable challenge pour la culture, ce que nous traversons est inédit. Le climat sanitaire étant complètement défavorable aux événements culturels, l’événementiel s’est vu être aux premières loges des conséquences du COVID-19.
Avant le re-confinement, Bizarre ! a su s’adapter afin de maintenir une programmation autour des concerts ou des différents dispositifs mis en place. À cette occasion, nous nous sommes rendus au concert de Navy, artiste lyonnais, le 9 octobre dernier. Il s’agissait d’un concert assis, avec un service bar à table. L’ambiance était, malgré ces conditions, bien présente et le concept de concert assis semble être une bonne alternative. Le public jouait le jeu. Les artistes sont toujours et encore en demande, car ils ont envie et besoin de jouer. En effet, la plupart des artistes interprètes vivent de leurs dates. De ce fait, Bizarre ! a tout fait pour maintenir au maximum une activité, par le biais d’une adaptation plus poussée. 

crédits photos : léo 

Néanmoins, la programmation initialement prévue s’est vue annulée par ce nouveau confinement national, malgré des conditions d’accueil adaptées. Pour rebondir face à ces mesures gouvernementales, Bizarre ! reste néanmoins ouvert afin d’accueillir artistes et professionnels. Dans un communiqué, l’équipe de la Machinerie a su rassurer le public en témoignant d’un optimisme persistant malgré les circonstances : 

 

« L’équipe continue à travailler et se mobilise pour que toutes celles et ceux qui gravitent autour de notre programmation, artistes et technicien.ne.s, celles et ceux qui font résonner le Théâtre et Bizarre ! et qui subissent de plein fouet les fermetures et annulations, soient soutenu.e.s dans ce contexte de crise inédit. Ne renonçons pas à la convivialité qui nous rassemble et au bonheur de découvrir les spectacles ! Nous espérons vous retrouver en bonne santé très bientôt, quand cette parenthèse dans l’histoire qui nous lie ne sera plus qu’un mauvais souvenir. »


Retrouvez l'actualité de Bizarre ! sur leur site

mentions légales | yoshka.lyon@gmail.com 

  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc SoundCloud Icône

mentions légales | yoshka.lyon@gmail.com 

  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc SoundCloud Icône