P1550600_edited_edited.jpg
YK4.png

LES PORTRAITS DE LA RUE D'ALGÉRIE 

27 juillet 2020 | écrit par Mathilda Saccoccio

Depuis la fin du mois de juin, vous pouvez apercevoir une exposition urbaine sur l’échafaudage de la Rue d’Algérie. Des collages dont le projet est initié par le photographe Jim Lasouille. Les photos brutes, en noires et blanches, témoignent symboliquement de la mixité de cette rue du 1er arrondissement. 

 

Devant la devanture du magasin de sneakers Shoez Gallery, des badauds regardent l’exposition photo « Rue d’Algerie ». Cette ligne de portrait ne laisse pas indifférente. Vous pouvez croiser le regard de femmes et d’hommes de toutes les origines, représentant l’identité de la rue. 

« Au départ je faisais des photos pour Shoez Gallery et Dope. Tous les samedis il y a du monde, c’est même des potes plus que des clients, c’est une vraie communauté. En sortie du confinement, on a tellement adoré pouvoir se retrouver qu’on s’est dit qu'il fallait qu'on réalise un projet qui nous représente », nous raconte Jim Lasouille, le photographe. 

 

Une démarche artistique sincère et un hommage à la rue d'Algérie. Au-delà de l'exposition sauvage des portraits, l'histoire de la rue se passe sur Instagram : @ruedalgérie

« Sur l’Instagram, il y a des portraits de l’épicier, du buraliste, du disquaire etc. C’était une façon de mettre en avant les commerces de la rue, après le confinement. Parmi les portraits sur Instragram, tu as aussi des photos de scène de vie urbaine. La rue vit grâce à ces gens-là. Le nom "Rue d’Algérie" est assez original et parle de lui-même. Sur l'exposition, tu as des gens qui sont vraiment là tout le temps. Par exemple, tu as les deux boss des boutiques, tu as Markus, le libraire juste à côté. Aujourd'hui, il y a environ 80 portraits pris dans la rue d’Algérie. »

 

crédits vidéo : timelapse, Jim Lasouille

Rue d'Algérie, un portrait de la mixité sociale 

Au-delà d'utiliser la rue comme moyen d'expression, le projet permet intelligemment d'utiliser l'échafaudage posé pendant un an devant la devanture de Shoez Gallery. L'exposition fait beaucoup d'adeptes. En ce sens, plusieurs t-shirts ont été créés à l'effigie de la rue et en vente dans les boutiques.

« Il n'y a pas vraiment de but commercial. On a fait des t-shirts, mais l'idée est venue après. L'idée était de partager. Ce qui est intéressant, c'est qu'il y a beaucoup de mixité dans les portraits, ils représentent toutes les origines. C'est plus le projet global qui a un sens. Tu vas avoir un gros banquier à côté d'un gars qui travaille à l'usine à Bron et tout le monde se retrouve au même endroit. J'utilise le nom de la rue non pas par rapport à son histoire (ndlr : la guerre d'Algérie), mais plus par rapport à ce que c'est devenu aujourd'hui. C'est fort que toutes les communautés soient représentées dans la rue d'Algérie. C'est en ce sens que nous lui rendons hommage. »

crédits photos :  Jim Lasouille

Vous pouvez observer l'exposition sauvage de la rue d'Algérie ces jours, jusqu'à ce que la pluie ou le temps emportent les photos de l'échafaudage. N'hésitez pas à venir vous faire tirer le portrait derrière l'objectif de Jim Lasouille

Retrouvez les réseaux sociaux du projet ici:

@ruedalgerie 

@jim_lasouille

mentions légales | yoshka.lyon@gmail.com 

  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc SoundCloud Icône

mentions légales | yoshka.lyon@gmail.com 

  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc SoundCloud Icône